Matériel photo

Petit guide d’achat de trépied par l’exemple

  • 9 mars 2018

Petit guide d’achat de trépied par l’exemple

Vous avez besoin d’un nouveau trépied. Ceci peut peut-être vous aider !
Vous trouverez ensuite une description du Benro TMA48CL Mach 3.

J’avais donc besoin d’un trépied plus performant en termes de charge maximale, de poids et de stabilité que celui que j’utilisais jusqu’à présent : un relativement ancien Benro C-258EX. Mes critères de sélection ont été les suivants :
1. Le poids du matériel photographique
2. Le poids du trépied lui-même
3. La stabilité du trépied
4. Sa hauteur maximale et minimale
5. Le système de verrouillage des jambes

Le poids du matériel photographique

Je compte utiliser ce trépied pour la photo animalière ou la photo de paysages. Dans le premier cas, le matériel se composera d’un boîtier Canon EOS 7D II équipé d’une poignée pour deux batteries, d’un objectif 500 mm éventuellement accompagné d’un multiplicateur 1,4 X et d’une rotule pendulaire Wimberley 200, le tout pour un poids de 6,9 kg. Dans le deuxième cas, je compte employer, dans le pire des cas en termes de poids, un boîtier Canon EOS 5D III muni de sa poignée batteries et de son objectif, une tête panoramique Manfrotto MH057A5-LONG avec son plateau de mise à niveau Manfrotto Ball Camera Leveler 438. Le tout devrait peser au maximum aux alentours de 5,9 kg. (cliquez sur les mots en italique pour accéder au site web)

Le poids du trépied lui-même

Qui dit photographie dans la nature, dit que tout ce matériel doit être transporté sur des distances parfois non négligeables. Dès lors le poids à additionner à celui du matériel photographique à proprement parler joue un rôle important. Le choix du carbone s’impose dès lors assez rapidement quand on sait qu’à trépied équivalent le carbone présente un gain de poids variant de 500 à 750 grammes par rapport à l’aluminium. Ceci dit, le carbone a aussi son inconvénient dont il vaut mieux tenir compte : le prix qui peut varier du simple au double en fonction du fabricant.

La stabilité du trépied

Quelle qu’en soit l’utilisation, la stabilité du trépied est un facteur très important. Aux longues focales prédominant en photo animalière et aux longs temps de pose parfois nécessaires pour la photo de paysages, on veut absolument éviter les flous de bougé. Ici encore le carbone retient toute mon attention étant réputé plus rigide que l’aluminium. De plus la possibilité d’accrocher un sac à la colonne centrale ou un filet aux jambes du trépied contribue à sa stabilité générale. Toutefois cela augmente aussi sa charge maximale. Je compte accrocher un sac à dos à la colonne centrale d’un poids d’environ 5 kg portant dès lors la charge maximale utile à 12 kg. Enfin le diamètre des jambes peut aussi contribuer à la stabilité, un grand diamètre devant assurer une plus grande stabilité.

Hauteur maximale et minimale

Je mesure 1,70 m et mes yeux se trouvent à environ 1,58 m du sol (si je me tiens bien debout bien sûr). Voilà donc la hauteur maximale du trépied avec si possible la colonne centrale rétractée pour des questions de stabilité à nouveau. La hauteur minimale du trépied devrait se situer entre 40 cm (confort d’utilisation) et le niveau du sol dans les cas de cadrage et de composition extrêmes.

Conclusion

Je cherche donc un trépied en carbone dont la charge maximale doit être d’au moins 12 kg, la hauteur maximale d’au moins 1,58 m, d’un poids aussi bas que possible et muni du système de verrouillage des jambes à vis. Le diamètre des jambes est un critère moins important mais qui pourrait être utilisé pour départager deux candidats.
Trois marques ont attiré mon attention. Il s’agit de   GITZO , MANFROTTO et BENRO (cliquez sur un nom pour accéder au site web)
Voici un petit tableau récapitulatif des trépieds pouvant me satisfaire proposés par ces trois fabricants.

Comme on le voit, les deux trépieds Gitzo présente une charge maximale de 21 kg ce qui est bien au-dessus de mes critères. Leur poids inférieur à 2 kg les rend très attractifs ainsi que la hauteur minimale inférieure à 20 cm. Toutefois leur prix peut paraître important voire prohibitif.
Les trépieds Manfrotto, bien qu’intéressants en termes de charge maximale, sont handicapés par leur poids propre de 2,8 et un très important 3,5 kg pour le MT057C4. De plus leur système de verrouillage des jambes à clapets ne plaide pas en leur faveur.
La marque Benro obtiendra finalement mes faveurs. Malgré son poids plus important, j’opterai dès lors pour le modèle TMA48CL qui m’offre une plus grande marge de manœuvre en ce qui concerne la charge maximale ainsi qu’un diamètre maximal de section de jambe de 37 mm. Je lui adjoindrai une petite colonne centrale CSC4 afin de réduire la hauteur minimale du trépied.
Je commande dès lors le trépied chez  Cameranu.nl  et la colonne chez  Biglens  (cliquer sur un nom pour accéder au site web).

Description du matériel

A l’ouverture de la boîte, on trouve un sac de transport de bonne facture abritant le trépied des chocs du transport ou des intempéries. Deux poches externes contiennent, l’une une bandoulière et l’autre une colonne courte et un sachet comprenant quelques outils (1).

Le sachet contient trois pieds en pointe en remplacement des pieds en caoutchouc, deux clés ALEN et deux clés hexagonale dont nous verrons l’usage plus loin (2). La colonne courte fournie par le fabricant est en aluminium et mesure 8 cm de long (3). Cependant, son plateau est plus petit que celui de la colonne longue (5,4 cm de diamètre contre 6,9 cm) ce qui pourrait poser un problème de stabilité si l’on utilise une rotule dont la base est assez large comme la tête panoramique Manfrotto représentée montée sur la colonne longue ci-dessous (4) .

Une colonne courte Benro CSC4 en carbone peut être achetée séparément en remplacement de celle fournie dans le sac (5) . Elle est un peu plus longue (13 cm contre 8 cm) mais son plateau mesure lui aussi 6,9 cm de diamètre.

Voici le trépied (6). Ses jambes sont composées de quatre sections munies d’un système de verrouillage à vis conçus pour une manipulation confortable et rapide, très silencieux et procurant une excellente résistance à la poussière et à l’humidité (6a). La colonne centrale et les jambes sont constituées de neuf couches de carbone entrelacées (6b). Cette alternance axiale assure légèreté et résistance structurelle. Toutes les pièces métalliques sont moulées en magnésium (6c) . Ce métal surpasse l’aluminium en matière de stabilité et de propriétés anti-vibration. Il permet en outre un gain de poids d’environ 30 %.

La colonne centrale se bloque à l’aide de la bague de serrage bleue (7). Le trépied est muni d’un petit niveau à bulle (8). Les jambes peuvent s’écarter en trois pas grâce à un système « pull-and-lock » (9) afin de réduire la hauteur minimale à 36 cm avec la colonne longue ou à 16 cm avec une des deux colonnes courtes.

La colonne centrale peut être retournée (10) afin de rapprocher l’appareil photo du sol en macrophotographie par exemple. Pour ce faire, il faut dévisser le capuchon du bas (11) contenant le crochet pour lest (12). Une fois qu’il est enlevé, faire glisser la colonne vers le haut et la replacer par le bas avec la rotule entre les jambes du trépied.

Revenons sur les deux colonnes centrales fournies par Benro. La plus courte en aluminium mesure 8 cm de long et a un plateau de 5,4 cm de diamètre (13a). La plus longue fait 34 cm alors que son plateau possède un diamètre de 6,9 cm (13b). La deuxième présente trois petites vis de blocage de la rotule (14a) que l’on peut serrer à l’aide de la plus petite clé ALEN (14b) .

Les deux colonnes sont initialement équipées de vis de fixation de 3/8 de pouce. Sur la longue uniquement on peut la changer pour une vis de 1/4 de pouce. Il faut procéder comme suit : à l’aide de la grande clé hexagonale, desserrer l’écrou de fixation de la tige filetée (15), retirer cette dernière en la dévissant (16), déplacer l’écrou vers la partie filetée à 1/4 de pouce (17) et la replacer avec le dépassement souhaité (18), enfin resserrer l’écrou.

Si le serrage des jambes devient lâche, on peut ajuster ce dernier au moyen de la plus grande des clés ALEN (19). Enfin les pieds en caoutchouc montés de série sur le trépied (20) peuvent être remplacés par des pieds à pic fournis par le fabricant. Dévisser les pieds d’origine et replacer les pics que l’on peut serrer à l’aide de la grande clé hexagonale (21).

Télécharger le PDF en français

Download PDF in English

Laisser une Réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs marqué d'une étoile sont obligatoires